QUEL AVENIR POUR LES REPUBLICAINS

Nous saluons d’abord la décision de Laurent WAUQUIEZ qui s’est retiré de la Présidence des REPUBLICAINS avec dignité et rapidité.

Son geste, permet de mettre en place les conditions favorables d’une restructuration totale du mouvement.

Mais reorganiser le mouvement ne suffira pas à lui permettre de survivre.

Plusieurs impératifs s’imposent pour reprendre la main.

Redéfinir clairement les valeurs

Ces derniers temps, les allers retours du parti, ont destabilisés les adhérents et les Français.

Il est temps de repréciser les valeurs fondamentales qui font la droite et définir les limites à ne pas dépasser.

Pas les limites politiciennes, mais les limites des valeurs défendues.

Par exemple, un rapprochement avec un parti anti européen est totalement exclu.

Une coalition avec un mouvement qui prône la dépense publique sans limite n’est pas concevable.

Il est temps de se concentrer sur les valeurs et d’arrêter d’écouter les journalistes et principalement les médias télévisés qui tentent d’imposer leur vision de la société.

Parler aux Français

Depuis 40 ans, le parti ne parle aux Français que la veille des élections.

C’est une position que les Français ne supportent plus et qui finit par coûter cher à chaque élection.

Parler uniquement aux adhérents est une erreur de communication mortifère.

Pour être élus, ce sont les Français qu’il faut convaincre.

Convaincre un convaincu est peut-être valorisant pour l’égo d’un politique, mais c’est une stupidité politique aberrante.

Croire que faire le tour du pays en croisant des citoyens partisants ou triés sur le volet, c’est aller à la rencontre les Français est une illusion mortelle.

Il faut parler avec tous les Français et tenter de convaincre les indécis, c’est ça l’art de la politique.

Entrer dans le monde numérique

Aujourd’hui, le parti est absent sur le net : un constat alarmant.

Le monde d’internet est un outil fabuleux de communication.

Il permet de partager ses idées et ses propositions avec l’ensemble des Français et de manière permanente.

Il permet aussi de structurer un groupe de pensées pour occuper le terrain numèrique avec beaucoup d’efficacité.

Un parti moderne, non seulement, se doit d’être présent sur le web, mais il doit être un leader de la pensée numérique.

C’est le seul outil qui permet aujourd’hui de s’affranchir de la dictature des médias télévisés qui faussent en permanence la réalité.

Notre propre expérience le prouve depuis 18 ans avec ce journal.

Plus de 2 millions de visites par mois, plus de 650.000 Français qui nous suivent et des actions couronnées de succés à plusieurs reprises.

Accepter les sensibilités différentes

Tout les experts le répètent depuis des années : les Français sont majoritairement à Droite.

Alors pourquoi un tel échec des REPUBLICAINS ?

La réponse est simple : un manque total de tolérance et un rejet chronique des sensibilités à l’intérieur du parti : l’art de la division !

Au lieu de se concentrer sur les problèmes et d’être tolérant sur les solutions, c’est le contraire qui a été mis en place.

Un mode de fonctionnement mortel : des clans qui se forment immèdiatement et qui se font la guerre en interne.

Il est temps de se mettre d’accord sur les valeurs fondamentales du parti et d’accepter que des solutions différentes soient défendues.

Cette évolution de fond, permettra alors d’accepter une ouverture à d’autres mouvements frères qui enrichiront le mouvement et viendront gonfler les troupes.

Il est temps de rassembler tous les REPUBLICAINS pour présenter une force homogène sur les valeurs de la République et préparer la France au défit de la mondialisation.

Trouver un nouveau chef

Un groupe a toujours besoin d’un chef, c’est une réalité de la vie qui n’a jamais été démentie.

Un chef compétent, qui connait bien son pays et le monde et qui a une véritable vision de l’avenir pour être le guide que les Français attendent.

Et un chef ne peut pas être seul, mais entouré d’une équipe de spécialistes qui l’informe et le guide dans ses choix.

Ce chef, peut être uniquement le leader du mouvement sans être le futur candidat des Présidentielles.

Par contre, il faut définir le candidat assez rapidement pour éviter tout débat interne destructeur à la veille des élections.

La primaire est une affaire interne pour choisir le meilleur candidat et pas un spectacle télévisé minable où les gladiateurs s’entretuent dans l’arêne pour le seul plaisir de l’audimat.

Le mouvement doit se présenter aux élections en ordre de marche avec un état d’esprit serein et un chef reconnu de tous.

Avant de se faire dépecer

Par contre, il est urgent d’agir car les vautours se sont précipités sur la dépouille.

Les médias télévisés, comme à leur habitude, se sont délectés de la découpe potentielle du mouvement qu’ils essaient de détruire depuis l’ère SARKOZY.

De son côté, Marion MARECHAL LE PEN s’est précipitée dans la brêche pour tenter de se faire une place en dehors du Rassemblement National.

Intelligente et opportuniste, mais incohérente : … la jeunesse !

Appeler à un rassemblement des Droites est une idée qui peut séduire, mais comment marier la carpe et le lapin ?

Des anti-européens et des pro-européens, des étatistes expensionnistes et des étatistes régaliens : des désaccords fondamentaux sur les valeurs de gouvernance.

D’autres, de leur côté, élaborent de nouvelles alliances pour protéger les places au détriment de leurs propres valeurs.

La maison est en feu, il n’est pas question d’attendre les pompiers au mois de septembre : il ne restera que des cendres.

Nous, de notre côté, nous sommes ouverts à toute collaboration sur la base de nos valeurs et nous sommes prêts à mettre notre expérience et notre puissance de communication à disposition de tout mouvement qui est décidé à réformer ce pays pour lui redonner sa puissance.

Jean-Marc SALLABERRY

Président des REPUBLICAINS

WAUQUIEZ DOIT DEMISSIONNER

Et ce n’est pas pour les raisons évoquées par les médias suite aux élections européennes.

Laurent WAUQUIEZ est un trés mauvais politique, pour ne pas dire le pire chef de la droite depuis la création du parti LES REPUBLICAINS.

LE MAITRE DE LA DIVISION

Depuis le début de sa prise de fonction de Président au sein des REPUBLICAINS, il a divisé tout le parti.

Les différentes sensibilités se sont séparées au sein du mouvement et l’UDI, l’allié historique, a quitté la famille.

Certains sont restés, sans conviction, mais la plus grande partie a quitté le mouvement.

Le comble pour un politique, devenir le maitre de la division.

MAUVAIS MANAGER

A l’intérieur, le fonctionnement n’a fait qu’empirer.

Les nombreux emails que nous avons reçus, de militants mécontents qui menaçaient de quitter le mouvement, le prouvent.

Un grand nombre d’entre eux, ont fini par mettre à exécution leurs menaces et ont quitté le parti.

Une hémorragie de départs sans précédent.

Il faut vraiment être un mauvais manager pour vider un parti de ses militants.

MAUVAIS COMMUNICANT

Depuis l’arrivée d’Emmanuel MACRON à la Présidence, Laurent WAUQUIEZ est invisible.

Malgré tous les problèmes qui ont surgis et les différentes situations de crise qui ont émergées, aucune action significative de Laurent WAUQUIEZ.

Pire, des apparitions brèves pour mettre en avant des changements brutaux de position, sans autres explications.

Le Président des REPUBLICAINS, n’avait rien d’intéressant à dire.

Chez les énarques, “maitres de la parole”, tous les élèves de la classe ne se valent pas : certains sont même, mauvais communicant.

MAUVAIS STRATEGE

Avec Laurent WAUQUIEZ, la droite semble ne plus avoir de valeurs, plus de projet politique.

Paralysé par l’autre énarque, Emmanuel MACRON, le Président des REPUBLICAINS ne sait plus où il va.

Face aux médias qui ne cessent de claironner que MACRON est de droite, la droite reste figée, comme hypnotisée par le nouveau Jupiter.

Alors que les valeurs et les idées, sur le fond,  ne sont pas du tout les mêmes entre les deux mouvements.

Emmanuel MACRON est un étatiste et ne veut pas toucher à la fonction publique, il l’a affirmé à plusieurs reprises.

Il a montré ses racines socialistes en augmentant outrageusement les impôts : vous avez dit de droite ?

Les REPUBLICAINS ont toujours défendu l’idée que la fonction publique est pléthorique, innefficace et bloque le pays par son coût de fonctionnement exorbitant : une réalité criante de vérité.

En Allemagne, 60 fonctionnaires pour 1000 habitants et en France 100 fonctionnaires pour 1000 habitants : presque le double !

La racine du mal français, un Etat à l’organisation soviétique qui bloque toute évolution du pays.

Deux visions diamétralement opposées que Laurent VAUQUIEZ est incapable de formaliser : un bien mauvais stratège !

SEULE SOLUTION : Refonder au plus vite avec un nouveau chef

Un tel cumul d’erreurs ne peut que détruire le mouvement.

Malheureusement, le problème du chef n’est pas le seul handicap mortel.

Le logiciel du mouvement est totalement dépassé.

Aucune communication envers les Français, seuls les militants sont concernés.

Une présence sur Internet non maitrisée et par conséquent invisible.

Un rejet chronique des mouvements de pensée différents : aucun rassemblement possible.

Il est grand temps de changer de chef et de logiciel pour ne pas voir disparaitre une famille politique historique, seule aujourd’hui à porter des valeurs capables de sortir la France de son déclin.

Jean-Marc SALLABERRY

Président du mouvement LES REPUBLICAINS.

Nouvelle présentation du journal LES REPUBLICAINS

Nouvelle présentation du journal LES REPUBLICAINS

Compte tenu de la nouvelle donne politique, le bureau a défini une nouvelle stratégie et mis en place une nouvelle organisation.

Ce changement, nous amène à une nouvelle présentation du journal LES REPUBLICAINS.

Une présentation à deux niveaux avec un menu sur fond gris, dédié au journal pour une plus grande facilité de gestion de l’information.

Et un deuxième menu sur fond bleu, consacré au mouvement pour faciliter la vie des adhérents et des sympatisants. Lire la suite

Michel MERCIER nous a quittés

Né le 9 août 47 en Gironde il était fils et petit-fils de Résistants Déportés.

Cadre en ingénierie dans l’industrie, il était naturellement préoccupé par la « question sociale ».

Il était constamment tourné vers la vie politique, dans laquelle il s’investissait en terme d’idées, avec sa vision de « gaulliste de gauche ».

Ancien Elu, Conseiller municipal de Le Taillan en Médoc, Michel MERCIER était président Fondateur de : Les Républicains, association politique déclarée en 2001.

Il était président de l’Union Gaulliste pour la Démocratie [UGD] depuis 2006. Lire la suite