“Cash investigation” : Olivier Véran accepte un entretien à la seule condition qu’il soit en direct, Elise Lucet s’indigne

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Elise Lucet a dénoncé, mercredi 12 janvier sur Europe 1, les exigences d’Olivier Véran pour apparaître dans son émission « Cash Investigation ». Le numéro qui doit être diffusé jeudi 13 janvier au soir sur France 2 se penche sur l’état du système de santé en France et notamment sur la question des établissements qui opèrent sans autorisation. Un sujet dont s’était emparé le député Olivier Véran en 2018. C’est donc tout naturellement que l’équipe a souhaité obtenir une interview du ministre de la Santé. Mais celui-ci a exigé qu’elle ait lieu en direct, contrairement aux habitudes de l’émission.

Aucun ministre ne s’était jamais plaint

Une condition qui sonne en creux comme une crainte que ses propos soient dénaturés par le montage. « Demander à un journaliste de faire du direct alors que ce n’est pas jouable, ce n’est pas possible », a répondu Elise Lucet sur Europe 1. Elle a rappelé avoir interrogé par le passé de nombreux ministres de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. « Tous nous ont répondu et aucun ne s’est plaint du montage de ses propos », a-t-elle assuré. Et de lâcher : « Nous ne sommes pas là pour faire de la communication ministérielle ».

Spécialisé dans la révélation de pratiques douteuses ou de scandales, l’émission « Cash investigation » avait déjà été critiquée à plusieurs reprises par des participants mécontents du ton employé. Concernant ce même numéro, disponible sur Internet une semaine avant la diffusion, Elise Lucet et son équipe ont été critiqués par le Président d’honneur de la Fédération des Médecins de France, Jean Paul-Hamon. Il a dénoncé dans un tweet un « montage malhonnête et orienté » de son intervention, jugeant que « Olivier Véran a raison de n’accepter que le direct ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*