« Besoin de pouvoir d’achat ? Pensons numérique ! » – la tribune de Paul Midy

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/19/9a/b0711fb44ad18e13b30c77dd1491/paul-midy-dr.jpeg

Acheter des produits déstockés à prix réduits avec Veepee, renouveler sa garde-robe sur Vestiaire collective, se déplacer à moindre coût avec Blablacar – tout en réduisant son empreinte carbone – acheter un téléphone reconditionné sur Back Market et vendre sa table basse sur Leboncoin : la French Tech et le numérique, c’est autant de solutions pour améliorer le pouvoir d’achat des Français. Alors que la crise sanitaire et la guerre en Ukraine ont provoqué une forte hausse des prix, la majorité présidentielle a fait de la défense du pouvoir d’achat l’une de ses priorités de ce début de mandat. Depuis fin 2021, plus de 26 milliards d’euros ont été mobilisés par le gouvernement pour mettre en œuvre le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité, et la remise carburant de 18 centimes. Grâce à ce volontarisme, nous avons limité la hausse des prix pour les Français. L’inflation en France est aujourd’hui la plus faible d’Europe. Au Parlement, nous examinons en ce moment le projet de loi pour le pouvoir d’achat. De la hausse des retraites, des prestations sociales, du point d’indice des fonctionnaires à la baisse des charges pour les indépendants, ce sont 20 milliards d’euros que nous mettons sur la table pour améliorer le quotidien de nos concitoyens très concrètement dès cet été. Mais il n’y a pas que l’argent public pour améliorer le pouvoir d’achat en urgence. Il y a d’autres leviers « gratuits » (un mot intéressant quand on parle de pouvoir d’achat), et notamment le levier du numérique. Parmi les nombreuses mesures que comporte le projet de loi sur le pouvoir d’achat, nous voulons rendre possible pour tous les Français la résiliation en ligne, grâce à un simple bouton et en trois clics, de n’importe quel abonnement ou contrat souscrit en ligne. Les entreprises en question, qui proposent des abonnements en ligne au gaz, à l’électricité, à internet, au téléphone, à la VOD, seront obligées de proposer ce bouton de résiliation facilement, directement et en permanence. Le numérique facilite l’acte d’achat, il doit aussi simplifier l’acte de résiliation. Ces abonnements, ils ne nous sont parfois plus utiles, deviennent obsolètes ou sont plus chers que la concurrence, mais peuvent représenter plusieurs centaines d’euros par an. Or, ils sont souvent particulièrement complexes à résilier, parfois il faut envoyer un courrier papier ou suivre une procédure faite pour décourager les plus méticuleux d’entre nous. Faciliter la résiliation de ces abonnements, c’est limiter les dépenses contraintes, c’est améliorer le pouvoir d’achat des Français. Dans les trois années à venir, 200 000 emplois supplémentaires seront créés, notamment grâce aux levées de fonds et aux nouvelles licornes. Bien sûr, à long terme, la meilleure des améliorations du pouvoir d’achat, c’est l’emploi et la croissance. Si nous pouvons aujourd’hui financer ces 20 milliards d’euros pour le pouvoir d’achat, c’est d’ailleurs grâce à la croissance et à la baisse du taux de chômage, résultats de la politique économique portée par le président de la République ces cinq dernières années. Le numérique est justement l’un des principaux secteurs créateurs d’emplois et de richesses dans notre pays. Les entreprises de la French Tech représentent à elles seules 163 000 emplois directs et indirects. Au total, les métiers du numérique représentent plus de 800 000 emplois en France, soit deux ou trois fois plus que les filières automobile ou aéronautique par exemple. Dans les trois années à venir, 200 000 emplois supplémentaires seront créés, notamment grâce aux levées de fonds et aux nouvelles licornes. Les licornes, ce ne sont pas des animaux imaginaires dans un monde imaginaire, ce sont des embauches, des créations d’emplois et de la croissance pour l’économie française et donc in fine du pouvoir d’achat pour les Français. Le 11 juillet dernier, le Président de la République recevait à l’occasion du sommet « Choose France » des dirigeants d’entreprises du monde entier pour valoriser l’attractivité de la France. À cette occasion, 6,7 milliards d’euros ont été investis et 4 000 emplois ont été créés, en grande partie dans le secteur des nouvelles technologies. Pour la troisième année consécutive, nous sommes le pays le plus attractif d’Europe. Une France plus attractive, ce sont des entrepreneurs qui s’installent et des emplois créés partout sur le territoire, que ce soit dans nos agglomérations grâce à des entreprises comme Uber (30 000 emplois de chauffeurs, rappelons-le) ou dans nos pôles d’excellence technologique comme celui de Paris-Saclay. Alors non, le numérique ne résoudra pas tous les problèmes à lui seul mais oui, à l’heure où la question du pouvoir d’achat est la préoccupation majeure des Français, il est définitivement une partie de la solution. Pensons numérique ! Paul Midy est entrepreneur et député (Renaissance) de la 5e circonscription de l’Essonne.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*