Beauvais : onze ans après l’incendie de ses locaux, la police fait son retour dans le quartier sensible d’Argentine

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

La police a fait son grand retour dans le quartier sensible d’Argentine, à Beauvais (Oise), raconte Le Parisien lundi 25 juillet. A l’occasion du marché hebdomadaire qui se tient tous les lundis, la police municipale a inauguré une antenne de « tranquillité publique, police municipale et prévention », qui sera ouverte toutes les lundis matin de 9h à midi. Un petit événement dans ce quartier très chaud, dont la police nationale avait été chassée il y a onze ans, à la suite de l’incendie du commissariat.

Depuis lors, les forces de l’ordre ne s’aventuraient à Argentine que depuis leur base du centre-ville. Un drame pour les habitants, qui se sont longtemps sentis abandonnés. « J’aurais préféré des policiers nationaux mais c’est mieux que rien, explique Marie-France au Parisien. J’habite rue de Bourgogne, on est plus tranquille, je pense que les riverains des Champ-Dolent seront heureux de cette arrivée. »

Le nouveau local déjà caillassé

S’il y a des mécontents, c’est effectivement le plus souvent parce que la population aurait préféré voir arriver la police nationale – plus équipée, plus rassurante. « Ce projet n’a pas pu aboutir », avoue Paulin Kozakiewiez, directeur police et sécurité de la ville de Beauvais. « Les policiers municipaux assurent la sécurité avec un lien direct avec la police nationale si nécessaire », promet-il cependant. Pour l’heure, les habitants du quartier Argentine devront donc se contenter des services des « municipaux ».

« Quand tu viens dans le centre commercial et que tu vois des jeunes traîner et fumer, ce n’est pas bon pour les affaires. Cette présence policière va changer les choses. C’est important la sécurité », se réjouit tout de même Fathi, un commerçant du quartier. « On va se sentir mieux protégés », abonde Tarik, un riverain. Mouss, en revanche, ne cache pas son inquiétude : « Ils ont brûlé le local de la police nationale, qui va les empêcher de brûler cette antenne ? Ils l’ont déjà caillassée ! » En mai dernier, rappelle Le Parisien, le futur local de la police municipale a été caillassé alors qu’il était encore en travaux. Comme un avertissement aux policiers municipaux à qui incomberont, dès cette été, les premières patrouilles.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*