A Flamanville, EDF se prépare à faire « battre le cœur » du réacteur EPR

« On est dans la dernière ligne droite »: à Flamanville, EDF est près de lancer la première réaction nucléaire en chaîne dans son réacteur de nouvelle génération EPR, une étape symbolique avant l’arrivée des premiers mégawatts dans le bocage normand cet été.
Après 17 ans d’un chantier difficile et coûteux, émaillé de nombreux déboires et retards, EDF met les dernières touches au démarrage effectif du 57e réacteur du parc nucléaire français, une première depuis près d’un quart de siècle au pays de l’atome.
« On est dans la dernière ligne droite des essais préalables à cette étape très importante de la divergence », confirme Grégory Heinfling, chef d’exploitation de Flamanville 3, qui deviendra le réacteur le plus puissant du pays (1.600 MW) et où 800 personnes travailleront à terme, dont 200 employés de soustraitants.

Cet article est paru en premier sur challenges.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*