ACTUALITES

Confinement: Macron dit vouloir mettre fin à “l'incertitude”

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .Emmanuel Macron veut mettre fin à “l’incertitude” sur la crise sanitaire en apportant “de la clarté” et “un cap”, selon des propos au Journal du Dimanche du président, dont l’allocution sur le Covid-19 est attendue mardi soir. L’exécutif n’envisage pas pour autant à ce stade la fin du confinement, selon le JDD qui cite dans le même article le ministre de la Santé Olivier Véran: “Aujourd’hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu’au moment du couvre feu. Il n’est pas question de déconfiner”.

ACTUALITES

Covid-19: Près de 300 morts en 24H, la décrue se poursuit en réa

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .Près de 300 malades du Covid-19 sont décédés au cours des dernières 24 heures, mais le nombre de patients en réanimation poursuit sa décrue pour le 5e jour consécutif, selon les statistiques officielles publiées samedi. Les données de l’agence sanitaire Santé publique France (SpF) font état de 276 décès en l’espace de 24 heures dans les hôpitaux, contre 386 la veille, portant le nombre de décès liés au coronavirus à 48.518 depuis le début de l’épidémie en France. Alors que le pic de la seconde vague a sans doute été franchi, selon l’agence sanitaire … LIRE LA SUITE

ACTUALITES

Tollé après des soupçons d'instrumentalisation d'un syndicat lycéen pro-Blanquer

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .Un syndicat lycéen qui aurait été téléguidé par le ministère de l’Education pour soutenir les réformes du gouvernement: les nouvelles accusations portées contre “Avenir lycéen”, déjà soupçonné d’avoir dilapidé des subventions publiques, ont provoqué un tollé qui pourrait éclabousser Jean-Michel Blanquer. A l’unisson, les principales organisations lycéennes rejointes par le syndicat enseignant Snes-FSU ont crié au scandale samedi et sommé le ministre de faire la lumière sur un “coupable mélange des genres” et une possible “instrumentalisation” d’un mouvement de jeunesse à des fins politiques. “Avenir lycéen” a, lui, rejeté en bloc ces accusations.