ACTUALITES

Le député LREM Laabid condamné à six mois avec sursis et 3 ans d’inéligibilité pour abus de confiance

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .Des détournements “conséquents”, une “absence de remise en cause”: le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé un jugement sévère à l’encontre du député macroniste Mustapha Laabid, condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité pour abus de confiance. A la sortie de la salle d’audience, Me William Pineau, avocat du député qui n’était pas présent, a aussitôt indiqué qu’il serait fait appel de cette décision. Ainsi, M.

ACTUALITES

Des citoyens misent sur Youtube pour interpeller les élus

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE . Fin juin, un collectif d’habitants de Rochefort-sur-Loire a sauvé sa piscine de la fermeture en interpellant la ministre des sports via une vidéo YouTube mettant en scène des enfants. De plus en plus de citoyens utilisent ce procédé pour défendre une cause locale, ce qui bouscule élus locaux et pouvoirs publics.

ACTUALITES

Ariège: une centaine de maires à Toulouse pour exiger le retrait de l’ours

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .“Entendez-nous à Paris”: une centaine de maires ont exigé mardi à Toulouse, devant la préfecture d’Occitanie, le retrait de l’ours des Pyrénées ariégeoises, dans un contexte de vives tensions après la multiplication des attaques de brebis attribuées au plantigrade, a constaté un journaliste de l’AFP. “Il y a unanimité pour demander le retrait de l’ours des Pyrénées ariégeoises. C’est un cri vers l’Etat, entendez-nous à Paris!

ACTUALITES

Le député LREM Mustapha Laabid condamné à six mois avec sursis et trois ans d’inéligibilité

Origine de l’article : PRESSE NUMERIQUE .Le député LREM Mustapha Laabid, poursuivi pour abus de confiance, a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis, trois ans d’inéligibilité et 10.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Rennes. Le député d’Ille-et-Vilaine, âgé de 50 ans, était poursuivi pour abus de confiance au préjudice d’une association d’insertion professionnelle qu’il présidait jusqu’à son élection en 2017. Il est soupçonné d’avoir utilisé à des fins personnelles des fonds du collectif Intermède, une association financée uniquement par des subventions publiques.